Fuite après compteur : rappel des bonnes conduites

Lorsqu’une fuite d’eau survient entre le compteur et le logement qu’il dessert, c’est l’usager qui en endosse la responsabilité, et supporte les frais qui en résultent. Petit résumé de ce qu’il faut savoir en pareil cas, pour éviter de voir la facture s’envoler.

 

Réagir vite

S’il constate une augmentation brutale de votre consommation, le service des eaux doit vous en alerter. La première chose à faire est alors de prévenir votre propriétaire, si vous êtes locataire et, dans tous les cas, de faire venir un plombier pour identifier l’origine de la surconsommation et localiser l’éventuelle fuite.

Des limites

Fuite d'eauEn procédant de la sorte, l’augmentation de la facture ne peut pas être illimitée. Depuis 2012, en cas de perte d’eau indécelable, la loi Warsmann limite en effet la surfacturation au double de la consommation habituelle. Encore faudra-t-il, dans le mois qui suit l’alerte, fournir à votre distributeur la preuve que la fuite a été réparée par un plombier professionnel.

Propriétaire ou locataire ?

Reste une question : qui doit payer lorsque la fuite survient dans un bien mis en location ? Si elle résulte de l’usure normale des canalisations ou de la vétusté des installations, c’est le propriétaire qui devra s’acquitter de la facture. Si les pertes découlent d’une mauvaise utilisation ou d’un entretien insuffisant, elles seront à la charge du locataire. Mais la frontière est parfois difficile à établir…

Mieux vaut prévenir

Mieux vaut donc limiter les risques, soit en souscrivant une assurance spécifique que proposent désormais les compagnies d’eau, soit en surveillant sa consommation régulièrement. À ce propos, si aucune fuite n’est décelée, le problème peut venir du compteur lui-même. Dans ce cas, bonne nouvelle, les frais seront à la charge du distributeur.

Publié le 27/10/2017

Leave a Reply